À propos de cette revue

La revue Éthique en éducation et en formation s'intéresse à cette dimension inhérente à l'éducation et à la formation que représente l'éthique, et ce, dans ses fondements, ses visées, ses approches théoriques et pédagogiques, de même que ses enjeux se manifestant à travers la littérature scientifique, les politiques, les programmes, les pratiques et les conceptions de l’éducation. Dans sa conception élargie de l’éducation éthique, elle inclut aussi les disciplines ou programmes spécifiquement dédiés à cette fin (ex. : l'éducation morale, civique, juridique, aux droits de l'Homme, à la citoyenneté, l'éthique et culture religieuse, la formation personnelle et sociale, etc.).

Par sa revue numérique disponible gratuitement, le GREE vise la diffusion et l'accessibilité de textes scientifiques originaux rassemblés autour d'une thématique commune traitant des rapports entre l'éthique et l'éducation/formation. La Revue figure parmi les revues scientifiques de la Faculté des sciences humaines de l'UQAM. Depuis 2017, elle est éditée en partenariat avec la Haute École pédagogique de Fribourg. Il s'agit de la seule revue scientifique de langue française s'intéressant spécifiquement aux rapports entre l'éthique et l'éducation/formation.

En plus d'être disponible sur le site du GREE, la Revue figure sur le portail Érudit, le site du Réseau de l'Université du Québec, le portail de Revues UQAM et ceux de la Bibliothèque de l'UQAM et de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) ainsi que sur le serveur institutionnel RERODOC de la HEP de Fribourg. La Revue est protégée par la Loi sur les droits d’auteurs (L.R.C. (1985), ch. C-42). La vente de la Revue, en tout ou en partie, est strictement interdite. La reproduction des numéros et des articles est strictement réservée à la rédactrice en chef de la Revue.

Intéressé à soumettre à cette revue? Les auteurs doivent s'inscrire auprès de la revue avant de présenter une soumission, ou s'ils sont déjà inscrits, simplement ouvrir une session et accéder au tableau de bord pour commencer les 5 étapes du processus.

Numéro courant

No. 10 (2021): Éthique minimale, individualisme et éducationà l’autonomie
					Afficher No. 10 (2021): Éthique minimale, individualisme et éducationà l’autonomie

L’éducation et la formation sont aujourd’hui confrontées à un défi apparemment paradoxal et qui est pourtant le nôtre au moment de l’avènement de la démocratie où nous sommes: celui de l’individualisation de masse.L’éthique, dans ces domaines, est questionnée en conséquence.Ce dossier se propose d’explorer l’une des formes que peut prendre cette interpellation.L’éthique minimale –ou minimalisme moral–qui prend en particulier sa source chez John Stuart Mill et sa pensée de la non-nuisance à autrui(1859/1990) –est une proposition formulée par le philosophe français Ruwen Ogien (2004, 2007a, 2013a, 2016). Il propose de défendre une conception négative de la liberté (ne pas être dominé, pouvoir faire tout ce qui ne porte pas directement préjudice à autrui), de rejeter tout maximalisme moral (doctrine qui recommande tout un art de vivre et non uniquement des principes de coexistence pacifique) et de s’en tenir à trois principeséthiques :égale considération de la voix de chacune tellequ’il l’exprime; indifférence morale du rapport à soi-même; non-nuisance à autrui. Ogien, dans un positionnement libertaire et égalitaire(2003/2008, 2007b, 2009, 2010, 2011), considère que lemoralisme (promotion d’une conception du bien particulière) et le paternalisme (imposition de ladite conception à autrui) sont à bannir de chaque compartiment de notre existence (politique, sociale, culturelle, amoureuse, sexuelle, médicale...).L’individualisme -qui désigne un mode de conception de la société et de la subjectivité humaine basée sur l’attribution généralisée du statut d’individu de droit pouvant prétendre à l’autonomie –doit être distingué de l’égoïsme, qui lui procède du jugement moral. La démocratie des droits de l’homme, c’est-à-dire la société qui fait des droits fondamentaux de chacun et de l’autonomie humaine sa pierre de touche et son principe d’organisation(Gauchet, 2017), sont ainsi les premières sociétés rigoureusement individualistes. L’égoïsme existe, lui, depuis toujours(Elias, 1987/1998), y compris dans les sociétés holistes (Dumont, 1983)Dans les démocraties libérales contemporaines, l’éducation (comprise au sens le plus large, qui incluttout ce qui participe àla formation du sujet humain) est individualiste, au sens où elle vise à accompagner chacun face à ce défi de l’autonomie individuelle (Foray, 2016 ; Singly, 2009/2010). Nombre d’institutions politiques et éducatives s’inscrivent dans cette même logique (Brugère, 2013 ; Corcuff, Ion et Singly, 2005).Cela ne signifie pas qu’elles promeuvent l’égoïsme rationnel (Rand, 1961/2018) ou la désintégration des sociétés-car l’individualisme crée aussi du lien (Singly, 2003, 2005) -mais qu’elles mettent en théorie les ressources de la société au service de l’autonomie des individus humains.Les recherches sur l’éthique minimale, l’individualisme et l’éducation à l’autonomie témoignentd’une commune volonté de garantir à chacun les moyens: 1° de répondre par lui-même à la question de la vie bonne; 2° de pouvoir agir concrètement -en gestes et en esprit -pour atteindrece but désirable. Cela semble mériter que l’on tentede les saisir de concert, ce qui pourrait ouvrir sur le dégagement d’unsystème cohérent articulant une conception de l’éthique (où le juste prime sur le bien), une conception du socialet une conception de l’éducationQue pourraitêtre une éducation à l’autonomie à la fois rigoureusement individualiste et minimaliste ? Comment définir la relation éducative dans ce cadre ? Comment penser, dans ce cadre toujours, la légitimité des institutions éducatives ? Quelles conceptions du vivre-ensemble de demain portent ces trois notions si on les lie? Le minimalisme est-il compatible avec toutes les conceptions de l’éducation libérale ? Quidde la logique des droits de l’enfant d’un point de vue minimaliste ? Plus globalement, quel abord des questions vives éducatives contemporaines est donc permis–ou au contraire obéré-si l’on tient à tenir ensemble ce triptyque minimalisme-individualisme-éducation à l’autonomie? Tellessont lesquestionscentralesfaisant l’objet du présent numéro de la revue Éthique en éducation et en formation.

***

L’originalité des propositions d’Ogien lui a déjà valu de son vivant et juste après sa disparition en 2017 plusieurs dossiers visant à les discuter, du point de vuede la philosophie politique et de la philosophie morale (Abel et al., 2008 ;Merril et Savidan, 2017) ou des sciences de l’éducation –philosophie et éthique de l’éducation en particulier-(Durand et Fabre, 2014). Cependant, Ogien ayantpris vivement parti contre le retour de la morale à l’école (2013b), on peutremarquer une certaine focalisation des travaux de sciences de l’éducation discutant son œuvre sur la sphère scolaire et les relations éducatives entre majeurs et mineurs.Un objectif du présent numéro est justement de proposer une double extension dans la saisie de la proposition minimaliste en tant qu’éthique éducative. Extension spatiale, d’une part, en considérant l’ensembledes lieux formels (institutions éducatives, familles, clubs sportifs et artistiques...) et informels (groupes de pairs, parcours culturels et médiatiques singuliers...)où l’autonomie individuelle se développe(Foray, 2016, 2019).Extension temporelle, d’autre part -en prenant acte d’une redéfinition contemporaine des âges de la vie (Gauchet, 2004 ; Deschavanne et Tavoillot, 2007/2011) donnent une extension inédite à l’éducation et à la formation dans l’existence de chacun.e –en considérant également laformation professionnelle initiale et continue, l’éducation populaire, la formation tout au long de la vie, les logiques de Bildung(Espagne, 2019)...In fine, une proposition subsume ces deux logiques d’extension: penser l’éducation dans une société des individus de droit (Gauchet, 1985, 2008,2017). Une telle société est chargéede donner les moyens aux individus d’accéder à une autonomie qui leur est attribuée en droit, ce qui implique de repenser un certain nombre de logiques et de processus, en particulier éducatifs. Des notions comme celles de capabilités(Nussbaum, 2000/2008, 2011/2012; Sen, 1992/2000, 2010) -désignant les libertés réellement exerçables en contexte –participent à ce travail de refonte de nos outils intellectuels face à ce défi. A contrario, nombre de travaux critiques soulignent que hors d’un accompagnement optimal de toutes et tous –en particulier des plus vulnérables –faire de l’autonomie individuelle le but de l’éducation pourrait conduire à des dynamiques d’aliénation pouvant se prétendreà la fois socialement légitimes et moralement imputables à ceux qui en font les frais (Aubert, 2004/2017 ; Bauman,2002, 2005/2013 ;Castel,2003, 2009 ; Ehrenberg 1995, 1998; Rosa, 2010/2014). Bref, le nombre de situations à risque en termes de paternalisme(dans la conduite des indispensables accompagnements et mises à disposition de ressources qui conditionnent l’autonomie individuelle) et de moralisme (dans l’appréciation des réponses que chaque individu autonome apportera à la question de la vie bonne etdans la mise en relation de ce choix avec les péripéties de son parcours de vie)est important, et va croissant à mesure que le seuil d’exigence pour l’entrée dans la vie individuelle autonome s’élève (Gauchet, 2008).Leprésent numéro proposeainsiune discussion critique de la manière dont l’anti-moralisme et l’anti-paternalisme résolus du minimalisme éthique d’Ogien peuvent constituer desressources pour les éducateurs au XXIe siècle. Ces derniers doivent en effet agir pour permettre à d’autres individus de devenir autonomes et de le rester, mais l’attribution de ce but à l’éducation ne va pas sans un certain nombre de contraintes quant aux moyens mobilisables. En logique pluraliste et libérale, il ne s’agit pas pour les éducateurs d’imposer leurs propres conceptions du bien.La dissolution contemporaine des cadres normatifs que constituaient les mœurs et coutumesconduit aussi à devoir appréhender consciemment et reconstruire différemment un certain nombre de ressources mobilisées de longue date pour éduquer, avec une maximalisation des situations questionnant les éducateurs au plan éthique.Comment assumer éthiquement une responsabilité éducative avec cohérence et efficience dans ce contexte ? Les textes soumis pour ce numérotraiteront donc des articulations fécondes et des tensions révélatrices entre éthique minimale, individualisme et éducationà l’autonomie, et ce dans les domaines problématiques suivants :•Les enjeux liés au pluralisme religieux et culturel •Les enjeux sociopolitiques•Les enjeux pédagogiques•Les enjeux théoriques et critiques associés au minimalisme.On l’aura compris, le spectre ainsi offert est assez large. Ce sera donc la mise en dialogue, au sein de chaque orientation, destrois termesclés-éthique minimale ; individualisme ; éducation -qui constituera la pierre d’assise de l’ensemble des contributions, laquelle pourrapar ailleurs avoir une forte coloration thématique.L’objectif de ce dossier est ainsi avant tout de mobiliseraussi largement que possibleles potentialités heuristiques des propositions minimalistespour penser l’éducation à l’autonomie d’un individu de droit aujourd’hui.

Publié-e: 2021-05-27
Voir tous les numéros